MOSQUEE DE RAMBOUILLET : SOYONS LUCIDES ET REALISTES

mosquée de Rambouillet

La question de la mosquée de Rambouillet est complexe et mérite d’être étudiée dans le détail. Beaucoup de contre vérités ont été dites à ce sujet et il nous a semblé important de clarifier certains points.

Une mosquée, littéralement « lieu de prosternation », rassemble les fidèles musulmans pour la prière du vendredi, mais ceux-ci peuvent accomplir les rites sans nécessairement se rendre dans un lieu de culte. 

La population de confession musulmane de Rambouillet est estimée actuellement à environ 70 personnes, rassemblant pour les grandes fêtes comme l’Aïd-el-Kebir 250 personnes. L’AMR, Association des Musulmans de Rambouillet a remplacé l’ASCUFA, Association Socio Culturelle Franco-Africaine et est présidée par Mr Rachid Id Salah qui a grandi à Rambouillet et y tient un commerce. Depuis 2009, la municipalité a autorisé l’implantation d’une tente sur le terrain de la Louvière par l’AMR, afin de rassembler les fidèles pour la prière du vendredi. Mais suivant l’article L.2121-1 du code général de la propriété des personnes publiques, ce terrain vague de la Louvière peut se prêter à ce type d’installation de façon temporaire, avec un caractère de précarité et de révocabilité. 6 années ont passé, le temporaire doit donc cesser !

Le projet de mosquée à Rambouillet se situe dans le quartier de la Louvière. L’AMR vient de signer un compromis de vente pour l’achat d’une parcelle à une personne privée,  au prix de 266.000€, comprenant une maison et des dépendances afin d’y installer une mosquée. C’est un projet strictement privé pour lequel la municipalité n’investira pas un centime. Un permis de construire devra être déposé en mairie et se conformer au Plan Local d’Urbanisme (PLU) et aux règles des lieux recevant du public (ERP) en respect du  code de la construction et de l’habitation, notamment ses articles L. 111-8 et L. 122-1 et du code de l’urbanisme. Pas de minaret ni d’appel à la prière,  tout cela étant interdit par la loi française : cette mosquée est donc une maison. L’AMR devra prendre en compte les problématiques de stationnement et prévoir, comme la loi l’exige, des places sur son terrain.

Voilà les faits. Des questions légitimes se posent :

  • Est-il judicieux de laisser cette mosquée s’installer dans un quartier résidentiel ? Il apparait que ni la mairie, ni la communauté d’agglomération n’ont incité l’association à trouver un autre emplacement. Au contraire, des refus ont été formulés  pour des questions de règlement (zone commerciale ou Aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine). De toute façon, il n’existe pas de leviers juridiques à ce jour pour empêcher une association d’acheter une maison…
  • Pour la religion musulmane en particulier, en raison de l’absence de chef spirituel unique et donc de l’absence d’unicité de doctrine, il convient que l’Etat exerce un contrôle sur la prédication des Imams, afin de s’assurer que les prédications ne s’opposent pas aux lois de la République. C’est le cas actuellement à Rambouillet. Mais l’Etat aura-t-il le personnel compétent et instruit sur l’Islam pour exercer efficacement et durablement ce contrôle dans notre ville ?
  • Les projets de l’AMR sont plus vastes. Ils souhaitent pouvoir construire un local pour y exercer des activités culturelles qui sont encore peu précises : enseignement de la langue arabe, soutien scolaire, école coranique ? Ils sont ouverts au dialogue inter religieux et ont des contacts avec les catholiques et les protestants de Rambouillet. Les différentes communautés sauront-elles maintenir ces liens ?

Nous estimons qu’il est essentiel de conserver un dialogue permanent avec cette communauté, dialogue désiré par l’AMR dont le site internet démontre la volonté de transparence. Néanmoins, l’actualité et la situation géopolitique internationale doivent nous inciter à accompagner le projet, afin de suivre l’évolution de cette communauté. Les musulmans sont habitants de Rambouillet, et qu’ils pratiquent leur religion sous une tente illégale ou dans un terrain qui leur appartient ne changera pas la donne quant à la radicalisation dans laquelle certains pourraient tomber.

Rambouillet pour tous sera ouvert à la discussion avec les musulmans de Rambouillet, afin en premier lieu de nous protéger d’une perte de contact ou de contrôle, ensuite parce qu’il importe que tous les habitants soient considérés de façon égale, enfin parce que le dialogue et les faits sont notre seule méthode de travail. 

Facebook Twitter