Rambouillet : ville d’histoire

Origine

Dès 768 une charte fait apparaître le nom de Rumbelitum.  Un autre acte de 1153 évoque celui de Ranbolitum et mentionne la présence d’un château, au contact duquel le bourg attenant se développe.

Regnault d’Angennes, par échange avec Guillaume Bernier, prend possession de Rambouillet en 1384.  Le château restera dans la famille jusqu’en 1666.

16e siècle

Le château reçoit régulièrement les souverains, attirés par la forêt et la chasse.  Le 31 mars 1547, François Ier y meurt.

A l’époque, le château appartient à Nicolas d’Angennes (sa statue en marbre blanc est visible à l’hôtel de ville). Celui-ci  fut vice-roi de Pologne, chargé du couronnement d’Henri III à Cracovie en 1573. Le règne polonais d’Henri III ne dura qu’un an. , A la mort de son frère Charles IX, il revint pour lui succéder sur le trône de France.

Par les registres paroissiaux, on sait que Rambouillet était composée à l’époque de 800 à 900 habitants entre 1642 et 1669.

Développement du XVIIe et XVIIIe siècle

Érigé en marquisat en 1612, le domaine revient à Julie d’Angennes, fille de Charles d’Angennes et de Catherine de Vivonnes. Son mari, Charles de Sainte-Maure, duc de Montausier, y fait de prestigieux travaux entre 1650 et 1660.

Après la mort du duc de Montausier en 1690, le domaine est cédé en 1699 à Jean-Baptiste Fleuriau d’Armenonville, financier du roi.

En 1705, Fleuriau se trouve contraint par Louis XIV de céder la place à Louis-Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse et duc de Penthièvre, fils légitimé du roi et de la marquise de Montespan, pour lequel le marquisat est érigé en duché-pairie en 1711. Sa femme, Marie-Victoire-Sophie de Noailles, comtesse de Toulouse, fonde en 1731 dans le bourg un hôpital des pauvres, confié à la congrégation des Filles de la Charité de saint Vincent de Paul.  

Louis XVI achète Rambouillet le 29 décembre 1783. Il réaménage le jardin et fait construire en 1785 une laiterie pour Marie-Antoinette. Il souhaite l’installation d’une  ferme expérimentale qui voit le jour en 1786, et accueille des moutons mérinos venus d’Espagne, l’actuelle Bergerie Nationale.

L’Empire et Restauration

Après la Révolution, la famille Bonaparte s’installe au château. L’hôtel du Gouvernement est reconstruit. Il est dédié à l’Aiglon, d’où l’appellation de palais du roi de Rome.

Après la chute de l’Empire, Chateaubriand, dans ses Mémoires d’outre-tombe, relate l’abdication de Charles X au château le 2 août 1830.

L’arrivée du chemin de fer, inauguré par Louis Napoléon Bonaparte en 1849, intensifie l’urbanisation.

Au XXe siècle, Rambouillet est sur le devant de la scène politique

Par un décret de 1870 le domaine revient à l’État. Félix Faure fait du château de Rambouillet la résidence d’été des présidents de la République en 1896.

Le 23 août 1944, Charles de Gaulle s’entretient au château avec le général Leclerc et lui donne l’ordre de monter sur Paris.  Paris sera libéré le 25 août.

Les présidents de la 5e République font de Rambouillet un haut lieu de rencontres internationales, propulsant la sous-préfecture des Yvelines à la une de l’actualité politique :

  • En 1960, le général de Gaulle reçoit Nikita Khrouchtchev.
  • En 1973, Pompidou reçoit Léonide Brejnev.
  • En 1975, Giscard d’Estaing y accueille le G6 pour un sommet économique et monétaire: seront reçus au château Gérard Ford (Etats-Unis), Harold Wilson (Grande-Bretagne), Aldo Moro (Italie), Takeo Miki (Japon) et Helmut Schmidt (Allemagne fédérale)
  • Le 29 octobre 1990, François Mitterrand reçoit Mikhaïl Gorbatchev pour un sommet franco-russe donnant lieu à la signature d’un traité d’entente et de coopération.
  • Jacques Chirac y reçoit Boris Eltsine, Nelson Mandela, Hosni Moubarak.
  • En février 1999, le château accueille la réunion pour décider Serbes et Kosovars à un accord de paix, dit l’accord de Rambouillet. Son rejet provoqua la guerre du Kosovo.

Rambouillet appartient au réseau national des Villes et Pays d’art et d’histoire depuis 2006.

Depuis 2009, le château de Rambouillet ne fait plus parti des résidences présidentielles.

 

Facebook Twitter